Système endocannabinoïde et CBD ?

Acteur majeur de l’homéostasie cellulaire, le système endocannabinoïde (SEC) joue un rôle crucial pour l’organisme.

Qu’est-ce que le SEC ? À quoi sert-il ? Est-il possible de le stimuler ? Quelle est son interaction avec le CBD ?
Détails dans cet article proposé par BioActif…

cbd-systeme-endocannabidoide

Qu’est-ce que le système endocannabinoïde ?

Le bon fonctionnement du système endocannabinoïde a lieu grâce à 3 éléments :

  1. Les récepteurs CB1 et CB2
    présents dans l’ensemble de l’organisme, sur lesquels se fixent les cannabinoïdes endogènes et exogènes.
  2. Les ligands endogènes,
    nommés endocannabinoïdes : directement synthétisés par l’organisme, ils se fixent aux récepteurs cannabinoïdes.
  3. Les enzymes métaboliques,
    permettant de synthétiser et de dégrader les molécules.

Le système endocannabinoïde (SEC) a été découvert au cours des années 90, grâce aux études portant sur les composés de la plante Cannabis Sativa.

L’objectif était de découvrir comment les molécules de THC et de CBD exerçaient leurs effets sur l’organisme. Mais cela a aussi permis de mettre en évidence un réseau important de récepteurs membranaires : le système endocannabinoïde.

Essentiel à toutes formes de vie, le SEC veille au maintien de l’homéostasie. Ce phénomène permet à l’organisme de rester stable, en dépit de la fatigue, de la faim ou encore de la douleur. Pour cela, il régule toutes sortes de fonctions essentielles au corps humain (température corporelle, pression artérielle, glycémie…).

Que sont les récepteurs cannabinoïdes ?

À ce jour, il existe 2 récepteurs membranaires cannabinoïdes :

  • CB1 (type-1 cannabinoid receptor),
    présents en majeure partie dans le système nerveux central (mais aussi dans les poumons, les muscles et les intestins).
  • CB2 (type-2 cannabinoid receptor),
    davantage présents dans le système immunitaire (mais aussi dans les os et la peau).

Ces récepteurs sont utilisés par les cannabinoïdes. En se fixant dessus, ces derniers envoient un signal aux cellules, ce qui module temporairement leurs fonctions.

Par exemple, le THC (substance psychotrope du cannabis) se fixe sur les récepteurs CB1, causant des effets euphoriques. Comme ceux-ci sont très répandus dans le cerveau, le THC peut toutefois entraîner une diminution des capacités d’apprentissage et de mémorisation. À l’inverse, cela est freiné par le CBD (1), qui pour sa part ne semble avoir que des bienfaits sur l’organisme !

Que sont les cannabinoïdes ?

Les cannabinoïdes sont une classe de molécules agissant sur les récepteurs cannabinoïdes du corps humain. Celles-ci fonctionnent comme des messagers naviguant entre les récepteurs.

Il existe plus d’une centaine de cannabinoïdes différents.
On distingue 2 catégories principales :

  • Les endocannabinoïdes,
    synthétisés naturellement et “à la demande” par l’organisme : les plus connus sont l’anandamide et 2-AG.
  • Les phytocannabinoïdes,
    principalement présents dans le cannabis : les plus connus sont le Tétrahydrocannabinol (THC) et le Cannabidiol (CBD).

Les cannabinoïdes ont une action directe sur le SEC.
De fait, ils participent à la régulation de l’équilibre biologique de l’organisme, en se fixant notamment sur les récepteurs CB1 et CB2. Après s’y être liés, ils envoient des signaux aux enzymes présentes à l’intérieur des cellules, afin d’en moduler l’activité.

Les endocannabinoïdes produisent divers effets comportementaux : moteurs, antidouleurs, anxiolytiques (2)… Produits ponctuellement et sur commande, ils permettent au milieu interne de conserver son équilibre lorsqu’il réagit à des stress.

Du côté des phytocannabinoïdes, les effets sont très proches.
Le CBD notamment, a d’impressionnants bienfaits sur le corps humain !

Que sont les enzymes métaboliques ?

Dernier élément du système endocannabinoïde : les enzymes !

Il s’agit de protéines dotées de propriétés catalytiques. Il en existe une multitude dans l’organisme, permettant de produire des réactions chimiques.

Dans le SEC, il y a 2 enzymes principales :

  • FAAH, permettant de décomposer l’anandamide.
  • MAGL, permettant de dégrader le 2-AG.

En dégradant ces endocannabinoïdes, ces enzymes assurent le bon fonctionnement du SEC. Elles s’assurent qu’ils sont utilisés lorsqu’ils sont nécessaires, sans dépasser leur durée de vie prévue.